VOLVO    

Dernière mise à jour : 26/05/2010

Un constructeur venu du froid...

Petit historique

Créée par Assar Gabrielsson et Gustav Larson, la firme Volvo est née en 1927. Depuis sa création, la marque a acquis une belle notoriété pour sa production de voitures de qualité, résistantes et robustes. Il faut dire que les conditions météorologiques du nord de l'Europe imposent une certaine rigueur dans la conception des mécaniques et des carrosseries. C'est la PV 444 qui sera l'ambassadrice de cette flatteuse réputation en Europe, mais aussi aux Etats-Unis dès 1955.

Assar Gabrielson (1894-1962) et Gustav Larson (1887/1968)

Rencontre

Alors que la plupart des fondateurs de firmes automobiles démarrent leur projet dans un certain dénuement, Assar Gabrielson et Gustaf Larsson mènent une carrière professionnelle confortable, avec de nombreuses possibilités d'avancement. Alors qu'il n'a que 30 ans, Gabrielson dirige la filiale française de SKF, et Larrson a participé en Grande-Bretagne à l'élaboration de la première automobile Morris, puis a obtenu en 1917 un diplôme d'ingénieur à l'Université Technique Royale de Suède, avant de rejoindre le bureau d'études de la compagnie SKF. C'est là que les deux hommes se rencontrent. En 1925, les deux hommes signent conjointement une sorte de contrat moral spécifiant le désir de construire avant le 1er janvier 1928 une automobile sur le territoire suédois. Les deux hommes estiment qu'il existe dansleur pays, à ce moment, un marché potentiel d'environ 12.000 voitures de tourisme. Les deux associés ayant pour le moment sagement conservé leur emploi, la naissance de la future Volvo s'organise au sein de l'appartement de Larsson, transformé pour l'occasion en un bouillonnant bureau d'études, où vont bientôt se côtoyer les meilleurs ingénieurs du pays.
La première fois que le nom de Volvo est utilisé, c’est en juin 1915, sur un roulement à billes SKF (Svenska Kullager Fabriken), conçu pour l’industrie automobile. Le terme de Volvo signifie « Je roule » en latin et sera déposé par l’entreprise, pour d’autres activités que les roulements, comme le cycle, les transmissions, les automobiles, les camions, les gazogènes et même des caravanes. En 1923, Assar Gabrielsson, directeur des ventes chez SKF, rentre en Suède après un séjour en France, après avoir dirigé la filiale française de l’entreprise. Assar à eu l’occasion de voir de nombreuses automobiles au cours de ce long déplacement et rentre avec des idées. Il jette alors les plans d’une automobile qui prendra sa forme définitive au début de 1925, avec l’aide de Gustaf Larson. Ce dernier participa activement au développement de ce premier modèle, confortant Gabrielson dans son projet. La construction de 10 prototypes mènera à la création en 1926 de la division automobile Volvo AB, filiale de SKF. Ces 10 voitures seront testées entre 1925 et 1926.
L'industrie nationale sera largement mise à contribution. La mécanique à 4 cylindres provient de la société Penta, installée à Skovde, tandis que le châssis et les trains avant et arrière sont fournis par la maison Bofors, jusqu'alors réputée pour sa production d'armes. Le dessin de la carrosserie, très classique dans sa configuration torpédo, est confié à Helmer Massole, un peintre aquarelliste sensible connu pour ses séries de portraits et de paysages, mais par ailleurs passionné par les questions d'esthétisme automobile. Cet artiste est à l'origine du fort signe identitaire de la marque, le logotype circulaire accompagné d'une flèche placée à droite et prolongée d'une baguette chromée s'étalant sur toute la surface de la calandre. Ce symbole international désigne jusqu'alors le sexe mâle, mais aussi désormais, selon la vision de l'artiste, la construction utilisant l'acier.
OV 4 et PV 4

Volvo OV quittant les ateliers de Göteborg, qui demeurent encore de nos jours le siège de l'entreprise.

  

PV 4 de 1927
Les dix premiers exemplaires de la première Volvo rencontre un beau succès et Volvo, nouvellement créée, décide de financer le projet et de lancer une première production, de 1000 exemplaires (en caisse décapotable d'abord, puis en berline). La première voiture sortira le 14 avril 1927 sous la dénomination d’ÖV 4 « Jakob » (OV pour Open Vehicle/voiture ouverte) de l’usine de l’Ile de Hisingen, à Göteborg. Le modèle est un torpédo doté d’un moteur 4 cylindres de deux litres développant 28 chevaux. La voiture coûte alors 4.800 couronnes suédoises, ce qui équivaut à environ 680 $ de l'époque. Certains s'étonneront que, dans un pays où les conditions climatiques peuvent être aussi rudes, la seule configuration de carrosserie offerte est découverte. Cette anomalie fut réparée au mois de juillet 1927, grâce à la présentation d'une conduite intérieure six places du type Weymann (caisse en simili cuir fixé sur un bâti de bois), baptisée PV (Passenger Vehicle) et tarifée 5.800 couronnes. Cette PV4, ou Special, prévue pour renforcer la gamme et augmenter les ventes, sera équipée en option de freins sur les roues avant.

Survivante

Des dix prototypes construits en 1925, un exemplaires seulement a survécu de nos jours. Il est exposé au Musée de l'Industrie de Göteborg. Il appartient à un photographe qui travailla pour Volvo durant de nombreuses années. Ce dernier rendit la voiture à l'usine qui en fit don au Musée en 1935.
PV 651 / PV 652
En 1929, le moteur 4 cylindres ayant de la peine à entraîner le poids important de la voiture, ces dernières adopteront un six cylindres et deviendront des voitures bourgeoises, bien construites et fiables. Cette version 6 cylindres porte la désignation PV 651, et marque la fin provisoire des 4 cylindres Volvo. Cette motorisation ne reviendra qu’après la Seconde Guerre mondiale. Plus long et plus large que la Jakob, la PV 651 dispose d’un 3 litres qui développe 55 chevaux. Pour expliquer son nom, les lettres PV signifie Person Vagn (voiture particulière). Les chiffres 651 correspondent au moteur, 6 pour cylindres, 5 pour le nombre de places, et 1 pour la 1 ère série. Ce modèle sera épaulé par la PV 652, plus luxueuse, qui reçoit en série les freins hydrauliques.

  

PV 652 Sedan et PV 654
En 1930, la société Volvo sera totalement viable et connaîtra, dans les années suivantes, une évolution constante qui en fera la plus importante entreprise de Scandinavie. Cependant, à ses débuts, c’est l’activité Poids-lourds de Volvo, créée en 1928, qui assurera l’essentiel du chiffre d’affaires de la marque.
TR 700 (TRafikvagn) et PV 800 (Person Vagn)

TR 704
Dans la lignée des PV 651 et 652, Volvo va s’intéresser au marché suédois des taxis. Pour ce corps de métier, la marque va sortir en 1930 une version à 7 places, la TR. Le châssis de cette « limousine » est celui de la 651, allongé à 3,10 m. Cette version est la première d’une longue lignée, les TR 701 et 702, puis les PV 801 et 802 de 1938.
En 1931, les premiers bénéfices permettent de nouveaux investissements, approuvés par les actionnaires qui touchent les premiers dividendes.
Depuis le début de la fabrication, les Volvo adopte un style très américain. Sur le radiateur, le logo représente un cercle traversé d’une flèche orientée vers la haut. Ce logo trouve sa place au centre d’une baguette qui traverse le radiateur dans sa diagonale. Dans les années trente, les Volvo, et les PV 801 en particulier, sont de plus en plus influencer par le style américain. Il est vrai que les voitures américaines sont très présentes sur le marché suédois, mais il est important de signaler que de nombreux ingénieurs suédois on travaillé à Détroit et sont revenus au pays pour apporter leur contribution à l’expansion de Volvo. Dans leurs bagages, ils rapportent le savoir faire technologique des Etats-Unis et bien sur, le design Outre-Atlantique. C’est à cette même époque que Volvo lança son célèbre slogan : « Volvo, la voiture suédoise ». Ce slogan venait en réponse à une attaque de la General Motors qui avait accusé la firme de ne pas vendre une automobile réellement suédoise, insinuant de fait que les Volvo était légèrement copiées sur les Chevrolet issues de l’usine d’assemblage de Stockholm.

PV 801/802
PV 653/654 et Vénus Bilo

PV 654
En 1933, Volvo livre sa 10.000e voiture et présente la PV 653, une évolution de la PV 651. Comme son nom l’indique, elle reçoit un 6 cylindres de 3,3 litres de 65 chevaux. Sa version luxueuse est la PV 654. Au cours de l’année, Volvo présente également un prototype original, la Vénus Bilo, qui ne sera construire qu’a un seul exemplaire. Ce modèle, réalisé par Gustaf Ericsson, dispose d’une carrosserie aérodynamique. Les réactions hostiles rencontrées mettront un terme à son développement et à une éventuelle production en série.

Volvo Vénus Bilo
PV 658 et PV 36

PV 658/659
Volvo sort la PV 658 en 1935. Cette voiture conserve une ligne classique à la carrosserie anguleuse et son moteur monte en puissance avec un six cylindres de 3,7 litres et 80 chevaux. Comme les modèles précédents, elle a droit à une version luxe, la PV 659. Autre nouveauté de l’année, la PV 36, nommée également « Carioca ». Ce modèle dispose d’une carrosserie aérodynamique, moins prononcée toutefois que la Vénus Bilo. On pourrait toutefois la comparer à la célèbre Chrysler Airflow. C’est la première Volvo à carrosserie entièrement métallique. Son moteur est le même que la PV 658 mais développe 4 chevaux de plus. Volvo en produira environ 500 exemplaires.

PV 36 dite "Carioca"
PV 51

En 1936, la PV 51 est un succès commercial. Elle a été conçue au départ pour contrer l’arrivée des voitures étrangères de gamme inférieure. Plus petite que ses devancières, elle dispose d’un équipement simplifié et d’une finition modeste. Sa carrosserie rappelle la Carioca, en plus sage. Sous le capot, le moteur 3,7 litres de 86 chevaux lui permet d’être plus rapide que les autres modèles de la gamme. Une version plus aboutie arrivera en 1937 sous la dénomination de PV 52. En 1938, quatre variantes seront disponibles, les PV 53, 54, 55 et 56, les dernières Volvo de l’avant-guerre.

   

Volvo PV 51/52 et 53/54

Volvo PV 831/832
PV 60
Après la seconde guerre, Volvo lance en 1946 la PV 60, une grosse berline qui dispose du 6 cylindres 3,7 litres développant désormais 90 chevaux. Toujours influencée par les américaines de l’époque, sa proue évoque cependant les Pontiac de 1939. Le projet de la PV 60 débuta en 1944, mais la voiture ne fut dévoilée qu'en 1944. Il faudra attendre cependant 1946 pour que la production débute.

   

Volvo PV 60
P 4 et PV 444
La plus grande nouveauté de cette période d’après-guerre est la PV 444, une voiture qui connaîtra un immense succès et qui fera connaître Volvo dans toute l’Europe. Elle est le modèle qui marque l’histoire moderne de Volvo. Elle apporte à la marque suédoise une certaine notoriété pour la production d’automobiles de qualité et est à l’origine de la flatteuse réputation de fiabilité dont la firme jouit encore aujourd’hui.

Volvo PV 444
La PV 444 dispose d’un 4 cylindres de 1,4 litres et 40 chevaux, un retour attendu. Depuis 1929, Volvo avait abandonné cette motorisation pour ces véhicules. Le modèle, étudié depuis 1942, avait également été envisagé avec un 8 cylindres deux temps et une traction avant, comme la DKW. Finalement, Volvo choisira de revenir à un choix plus conventionnel, le moteur 4 cylindres et une architecture classique, la propulsion. Première petite voiture de la marque, c’est aussi la première à carrosserie monocoque.

 

Volvo PV 444
Dévoilée en septembre 1944, en même temps que la PV 60, dans une grande exposition organisée par la firme à Stockholm, la PV 444 ne sera pas disponible de suite. Les prototypes ne sont pas encore au pointe et la production ne débutera qu’en février 1947. Ce retard est du à un retard de livraison des tôles d’acier venant des Etats-Unis. Rappelons que pendant la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne a grandement puiser dans les réserves des pays scandinaves pour pouvoir produire son armement. La production démarrera donc doucement, avec 3000 exemplaires en 1948. L’année suivante, et pour la première fois dans l’histoire de la marque, la production automobile dépassera celle des poids lourds, un secteur pourtant très actif. En 1950, le moteur est poussé à 44 chevaux, puis à 51 chevaux en 1955. La version « sport », destinée à l’exportation, recevra un moteur identique mais plus puissant. Avec deux carburateurs SU, il délivre alors 70 chevaux et permet à la PV 444 d’atteindre les 140 km/h.

Volvo PV 444
La PV 444 ouvre également à Volvo les portes de l’Amérique puisque la voiture sera la première de la marque à être exportée vers les Etats-Unis, dès 1955, sur un marché qui sera le plus important de la firme.
Elle est présentée à l’automne ; au California Motor Show. Elle arrivera sur la côte Est au printemps 1956 lors du New York Motor Show. La PV 444 se taillera un beau succès, décrochant même la seconde place des modèles importés sur la côte Ouest. En 1957, ce sont 10.000 voitures qui quitteront la Suède pour les Etats-Unis

Volvo PV 444 en partance vers l'étranger

La PV 444 ne sera pas remplacée en 1956 lorsque l’Amazon est présentée. Son look est désormais un peu trop rétro et tout le monde attend sa remplaçante. Au grand étonnement de tout le monde, elle va jouer les prolongations sous l’appellation PV 544. Etrangement, la silhouette est toujours la même. Quelques détails la distingue cependant de sa devancière, comme le pare-brise bombée désormais en une seule pièce et sa lunette arrière agrandie. Le tableau de bord est plus moderne mais reste encore assez simple. Pas de grande nouveauté sous le capot également, sinon une boite à 4 vitesses qui remplace la vétuste boite à trois rapports.
PV 445

Break PV 445
Les breaks Volvo ont tous un point commun, ce sont des véhicules spacieux. Les artisans, commerçants, antiquaires ou brocanteurs l’apprécieront pour cette raison, qui vient s’ajouter à ses qualités de robustesse et de fiabilité. Au départ, la PV 444 ne se prêtait pourtant pas à cette configuration. En effet, la voiture était une monocoque et cette architecture n’était pas l’idéal pour une transformation en utilitaire. Les carrossiers de l’époque préféraient travailler sur un véhicule disposant d’un châssis. C’est pourquoi Volvo concevra, à la fin des années quarante, un châssis nu spécifique, extrapolée de la PV 444. Confié aux carrossiers qui le transformeront aussi bien en camionnettes qu’en fourgonnettes, il sera baptisé PV 445.
En 1952, Volvo décide de produire ses propres breaks. En juillet 1953, la première PV 445 fabriquée entièrement par le constructeur est lancé sur le marché suédois. Spartiate, doté de vitres latérales et d’une banquette arrière, la type PV 445 DH devance de quelques mois la version camionnette tôlée, la PV 445 DS.

PV 445 en deux configurations
PV 544
La première création de la marque suédoise fut la P4 (ou PV4), une 4 cylindres qui sera suivie en 1929 par la première 6 cylindres de la marque. Après la PV60 de 1939, Volvo change sa politique commerciale et propose en 1944 la PV444, une petite conduite intérieure au style américain présentée au Pavillon royal de tennis à Stockholm. Ce fut la première voiture vendue en grand nombre hors de Scandinavie. Sa fabrication dura jusqu'en 1965, la PV 544 étant venue consolider et prendre la relève en 1958. Plus puissante, mais dans la lignée de la 444, la PV 544 fut déclinée en 4 versions, Standard 60 chevaux, Spécial I, Special II et Sport.

PV 544 1965
Ixo
En 1965, la 544G viendra compléter l'offre, la plus rapide de la gamme. En 1965, la Duett, un modèle familial break sur la base de la PV 544. sa polyvalence lui permettra de servir de véhicule de service pour les camions fabriqués par la marque. On retrouvera la PV 544 également en compétition. Gunnar Andersson la pilota en 1958 dans le rallye de Suède et termina 3e de l'épreuve. Remportant ensuite le rallye de l'Acropole, il fut engagé comme pilote au sein de l'équipe officielle de Volvo. Pour la marque, il remporta le titre de champion d'Europe des rallyes. Toujours sur PV 544, Evy Rosqvist et Sylvia Österberg remportaient en 1959 et 1963 la Coupe des dames, Tom Trana le rallye RAC en 1963 et le titre européen en 1964. Les dernières victoires de la voitures furent obtenues par les frères Jaswant et Joginder Singh au Rallye Safari Afrique en 1965.
Si Volvo n'a jamais participé en tant qu'écurie officielle au Championnat du monde des Rallyes, ses voitures s'illustrèrent dans cette compétition, en Suède comme à l'étranger. Le meilleur souvenir reste les participations des PV, 444 et 544, dans les épreuves africaines. Volvo y remporta qu'une seule victoire, au Safari Rally, mais avec panache grâce aux frères Singh qui, avec une PV 544 d'occasion affichant 67.000 km au compteur, vont dominer de bout en bout l'édition 1965, terminant l'épreuve avec 100 minutes d'avance sur les autres participants.

PV 544 Safari Rally 1965 Joginder et Jaswant Singh
Ixo
Dans ses dernières années de production, en 1962, la PV 544 sera dotée d’une nouvelle génération de moteurs, ceux qui équipent la nouvelle P 1800 depuis 1960. C’est un 1,8 litres, disponible en deux versions, carburateur unique pour 75 chevaux et double carburateurs pour 90 chevaux. Le modèle tire sa révérence en 1965, après 440.000 exemplaires produits en 18 ans, dont 243.996 PV 544.

PV 544
Duett
En juillet 1955, Volvo lance un troisième break, mieux équipée que la DH. Elle prend alors le nom de PV 445 DH. Sa double vocation d’utilitaire et véhicule de loisirs lui vaudra plus tard le nom de Duett. Au départ, elle adopte le 4 cylindres 1,4 litres 44 chevaux, puis en 1957, elle reçoit un 1,6 litre de 60 chevaux. Après avoir reçu le nom de P 210 Duett en 1960, elle reçoit une dernière mécanique en 1962, un moteur 1,8 litre de 75 chevaux. Sa production s’achèvera en 1969 après 97.298 unités.

PV 210 Duett
Amazon
L’Amazon est née en 1956, la première de la lignée des P 120. Cette berline familiale diffère totalement de la PV 444 et 544, principalement par son design. Son succès permettra à Volvo d’asseoir sa réputation internationale de constructeur d’automobiles robustes et fiables. D’ailleurs, certains pays l’adopteront comme véhicule de police, aussi bien en Europe qu’en Amérique latine. Ces atouts concernent bien sur autant la carrosserie que la mécanique.

Amazon P 121 1956 et 1958

Prototype Philip
L’Amazon P 121 est d’abord une berline bourgeoise et cossue. Présentée en août 56, elle succède donc à la PV 444. Tout débuta du prototype "Philip", conçu par Jan Wilsgaard, responsable du style chez Volvo. Ce premier prototype est une copie éhontée de la Kaiser 1951, avec des lignes américaines, un moteur V8 de 120 ch et une boite automatique. Sans doute trop typé, ce projet restera dans l’état. Jan Wilsgaard sera mieux inspiré pour son nouvel essai et pour la première fois depuis la création de Volvo, le dessin qui en découle échappe totalement à l’influence américaine. Les puristes relèveront toutefois un petit détail qui me contredit, la double calandre rappellerait celle des Chrysler de 1955.
L’Amazon présente donc une ligne très classique mais moderne, qui va séduire la clientèle. Elle se pare de plus d’une peinture deux tons, très prisée à l’époque.
Un autre prototype était sortie des cartons de Wilsgaard, la P 179. Elle disposait d’une ligne plus classique et un arrière fastback. Ce projet restera sans suite.

Projet P 179
L’Amazon, concurrente des Mercedes 190 et des Opel Käpitan, sera la première d’une lignée, la génération P120. Commercialisée au début de l’année 1957, l’Amazon emprunte de nombreux éléments mécaniques à la PV 444. Son moteur d’abord, le 4 cylindres réalésé à 1,6 litre pour une puissance de 60 chevaux. Elle dispose encore de la boite à trois rapports, ce qui ne lui permet pas de dépasser les 130 km/h. La suspension vient également de sa devancière. Par contre, il faut noter qu’en 1959, la ceinture de sécurité trois points fera son apparition sur ce modèle, faisant de. L’Amazon la première voiture de série au monde à disposer de cette sécurité passive. En 1969, elle sera proposée avec des ceintures de sécurité à l’arrière.
Au Salon de Genève de 1958, la première évolution de l’Amazon fait son entrée, version plus performante. Dénommée 122 S, son moteur gagne en puissance, le 1.600 cm3 délivrant 75 chevaux, au lieu des 60 de la version normale. Ce gain de puissance permet à la voiture d’atteindre les 150 km/h.

Amazon 1959
En 1961, le 1.600 cm3 est remplacé par un 1.780 cm3 délivrant 68 chevaux, un moteur qui équipe déjà la P 1800 S. Dotée de 2 carburateurs, ce même moteur développe 80 chevaux. En 1964, une version destinée à l’exportation vers les Etats-Unis recevra une boite auomatique Borg-Warner.
P 122 S
La P 122 sera également disponible en Coupé deux portes dès 1961, un an avant la version break. Lorsque la 544 est retirée du marché, en octobre 1965, c’est une autre version de l’Amazon qui la remplace, la version économique, réservée uniquement aux pays nordiques. C’est une deux portes déchromée, dévitaminée (moteur 68 chevaux), avec une boite de vitesses à trois rapports. Une seule teinte sera disponible, le noir. Elle prendra alors le nom de Favorit, ce qui ne sera pas le cas. Le public ne sera pas vraiment séduit par ce modèle.

P 122 S
Pour revenir à la 122, la motorisation passe à 75 chevaux en 1967, et à 90 chevaux sur la 122 S. Cette montée en puissance des modèles annonce l’arrivée d’une version à vocation sportive, le coach 123 GT. Ce modèle hérite de la mécanique 96 chevaux du Coupé 1800 S et d’un boite de vitesses à quatre vitesses dotée en série d’un overdrive Laycock. Son équipement est tout à fait accueillant, avec un tableau de bord avec compte-tours et volant trois banches. Elle dispose également de phares anti-brouillard montés en série. Ce petit bijou sera un redoutable concurrent pour les BMW 1800 et les Alfa Romeo Giulia TI et 1600 Super. Des kits de montage seront également disponible pour atteindre les 128 chevaux.

P 122 S en 1962
En 1968, l’arrivée du moteur 2 litres pour la série des 140 permet aux 122, 122 S et 123 Gt de gagner un peu de puissance. La première dispose désormais de 90 chevaux, les deux autres de 118 chevaux. Ses derniers modèles ne seront pas disponibles chez nous. Avec l’arrivée de la série 140, les 120 vont disparaître. La première sera la version quatre portes, en 1968, la seconde sera la 123 GT en 1969, comme le break. Cette série, qui dura 14 ans, aura été produit à 671.322 exemplaires. Ce succès avait poussé la firme à construire, en 1964, une nouvelle usine à Torslanda. L’extension se poursuivra avec la création d’une unité à Gand (Belgique) pour produire les voitures destinées à la CEE et à Halifax (Canada) pour celles destinées aux Etats-Unis et au Canada.

P 123 GT
Comme les PV 444 et PV 544, l'Amazon se montrera sportive. Elle remportera deux victoires dans le championnat d'Europe des rallyes, au RAC et à l'Acropole. Elle décrochera même le titre européen dans la catégorie Tourisme en 1963.
P 220
La P 220 est arrivé pendant la production de la P 210. Présentée au salon de Stockholm de 1962, c’est la version break de l’Amazon. Son moteur est le 1,8 litre qui équipera plus tard la P 210. Ce dernier évoluera pour délivrer 85 chevaux en 1966, 90 chevaux en 1968. Sa ligne est esthétiquement agréable, beaucoup plus moderne que la P 220. Elle offre le confort à ses passagers et une bonne capacité de chargement. A l’arrière, elle dispose d’un hayon en deux parties, une solution encore venue d’Amérique. Elle sera retirée du marché en 1969, comme le P 210, après 73 196 unités.

P 220
140
En 1966, Volvo adopte une numérotation à trois chiffres avec la gamme 140. Cette série succède à l’Amazone et aux P120. Son design est une nouvelle fois signée Jan Wilsgaard. Ce dernier à cependant modifier son style et offre des formes carrées aux 140. Cette nouvelle ligne, plus moderne, offre l’avantage d’un habitacle très spacieux. En 1967, la production démarre avec trois modèles, la 142 à 2 portes, la 144 à quatre portes et le break 145. Dans cette nouvelle désignation, le premier chiffre concerne la génération du modèle, le second le nombre de cylindres, le troisième le nombre de portes. Il y aura bien sur des exceptions, comme la 780 qui dispose d’un 4 ou d’un 6 cylindres mais pas de 8 cylindres, ou la 360 qui est uniquement disponible avec un 4 cylindres. Mais nous en trouverons d’autres.

142 S, 144 S ET 145
La série 140 adopte les mécaniques de l’Amazon, le 4 cylindres qui développe 85 chevaux avec un carburateur Zénith et 115 chevaux avec deux carburateurs SU. Dotée d’une boite à quatre rapports, le client peut, s’il choisit la 115 chevaux, disposer d’un overdrive à commande électrique. Une version boite automatique sera disponible sur certains marchés. La suspension avant est du même type que celle de l’Amazon, tandis qu’on retrouve à l’arrière les solutions du break P 220, mais améliorées — barres de torsion et barre Panhard. L’accent a été mis sur la sécurité avec quatre freins à disques et un double circuit de freinage sophistiqué. La colonne de direction est par ailleurs réalisée en plusieurs éléments afin d’éviter son intrusion dans l’habitacle en cas de choc frontal.
A la fin de l’année 68, le moteur B20 de deux litres vient remplacer le B18 de l’Amazon. Réalésé en 1.986 cm3, ce moteur développe 90 chevaux avec un carburateur, 118 chevaux avec 2 carburateurs SU. Une variante luxueuse, avec sellerie cuir en série, sera proposée sous le nom de 142 GL, car uniquement proposée en deux portes. Son moteur est le B20 doté d’une injection électronique qui offre à son propriétaire 130 chevaux.
Pour satisfaire aux normes mises en place aux Etats-Unis, les Volvo 140 seront affublées, en 1974, d’horribles pare-chocs sécuritaires. Lorsque la série s'éfface, l'artifice sera, ces pare-chocs seront reconduits sur la série suivante, les 200, apparues en 1974. Cette nouvelle série se distingue avec deux voitures, la 240 et la 260.
Taxis 144
Construite entre 1966 et 1974, la Volvo 144 remporta un grand succès dans les pays scandinaves . Réputée pour sa fiabilité, la publicité à son lancement est sans équivoque: "La 144 est la voiture la plus sûre du monde". C'est en effet la première voiture avec zones déformables dans la carrosserie pour protéger l'habitacle. Son toit était également renforcé pour éviter qu'il ne se plie en cas de tonneau. Confortable, spacieuse, elle sera vite adopter par les suédois et dans les pays voisins, Danemark, Norvège et Finlande. L'immense majorité des chauffeurs de taxis de ces pays la choisiront dans le cadre de leur profession.

144 Taxi de Stockholm 1970 et 144 Taxi de Copenhague 1972
Ixo
Au Danemark, pays voisin de la Suède, la Volvo est aussi très appréciée, il est vrai que le Danemark et la Suède, comme aussi la Norvège, sont unis par un passé commun, les trois pays ayant été unis en un seul royaume entre 1397 et 1523 par le traité de Kalmar. De 1523 à 1814, le Danemark sera uni à la Norvège, de 1814 à 1905, la Norvège à la Suède. Autant dire que chez les "Vikings", le fait de partager la Volvo 144 ne cause aucun problème. Comme à Oslo ou à Stockholm, Copenhague adoptera cette jolie suédoise pour ses taxis.
P 1800

P 1800 ES 1972
Ixo
240

240 Turbo "Magnum Racing" 24 H de Spa 1985
Kit Jemmpy
264

Petite rénovation

Volvo 264 1975 (après rénovation)
Norev
La petite Volvo Norev n'était pas dans un excellent état. Grâce à mon ami Autorêve, elle est désormais dans une nouvelle livrée grise, avec un nouveau vitrage et un intérieur plus chaleureux.
Nils Bohlin (1920/2002) - Inventeur de la ceinture de sécurité.

Né le 17 juin 1920, Nils Bohlin, diplomé de mécanique du Härnösand Läroverk en 1939, débuta sa carrière en 1943 chez le constructeur aéronautique Saab. Pour Saab, il déposa un brevet de siège ejectable. Il excercera ensuite ses talents d'inventeur chez Volvo, dès 1958. Pour cette entreprise, très impliquée dans la sécurité, il invente la ceinture de sécurité à 3 points d'ancrage. Le système fera son apparition sur la Volvo Amazon de 1959. Nils ne prendra sa retraite qu'en 1985 et s'éteindra en 2002.