LA COMPETITION AUTOMOBILE     

Dernière mise à jour : 18/05/2010

    Clemente Biondetti (1898-1955)    

Une seule passion, la vitesse...

Né en Italie en 1898, Clémente Biondetti se déroula principalement dans son pays. S’il remporta de grandes victoires, ce sera en dehors de la F1. Il débuta dans les courses de voiturettes en 1927, puis accéda à la Formule Libre en 1928. En 1930, c’est dans la catégorie Voitures de sport qu’il signe sa première victoire, lors de la Coppa della Consuma. En 1931, il entre chez Maserati, signant, pour cette écurie, la 3e place du Grand Prix de l’ACF.

Lors des Mille Miglia de 1948, sur Ferrari.
Après un passage à vide, il revient au premier plan avec Alfa Romeo, en 1937. Il remporte les Mille Miglia avec Aldo Stefani en 1938. L’année suivante, c’est la Coppa Acerbo qui vient s’inscrire à son palmarès. Après la Seconde Guerre, il revient à la compétition en 1946, dans des épreuves de Formule 2, de pré-Formule 1 et dans les courses de voitures de sport. Après Cisitalia, c’est à nouveau avec l’écurie Alfa Romeo qu’il renoue avec la victoire, remportant une nouvelle fois les Mille Miglia, cette fois avec Emilio Romano et à bord d’une vieille Alfa Romeo 8C2900B Berlinetta Touring. En 1948, il court avec une Ferrari 166S Coupé Allemano et remporte à nouveau l’épreuve, avec Giuseppe Navone. Il donne également une nouvelle victoire à Ferrari lors de la Targa Florio. Il partage cette fois une 166S avec Igor Troubetskoy. En 1949, il est encore victorieux dans ces deux épreuves avec Carlo Benedettià bord d’ une 166S Spyder Corsa dans la Targa Florio, et avec Ettore Salani à bord d’une 166MM Barchetta Touring aux Mille Miglia.

Fin de carrière

En 1950, Clemente est engagé à Monaco, avec une Maserati Milano. Malheureusement, la voiture n’arrivera pas dans la principauté et il faudra attendre le Grand Prix de Monza pour voir Clemente au volant d’une F1, une Ferrari 166 dotée d’un moteur Jaguar. Il devra abandonner au 17e tour. En 1951 et 1952, on le verra en F2, puis dans des courses pour Voitures de sport en 1953, avec Lancia, Ferrari, mais sans grand succès, terminant 4e des Mille Miglia et 5e de la Targa Florio.

Vaincu par la maladie

Atteint d’un cancer en 1955, il raccroche son casque de pilote. Il sera emporté par la maladie le 24 février 1955.

Au Gran Premio di Bari en 1950 avec la Maserati 4CLT