GALERIES ET BALLADES     

Dernière mise à jour : 05/05/2010

Les Salons de Paris

1964 - 51e édition

Optimiste raisonné !

Palais des Expositions Porte de Versailles - Du 1er au 11 octobre - 1.248 exposants
Inauguré par Georges Pompidou, Premier ministre de Charles de Gaulle, président de la République française.
783.000 visiteurs
A la veille du 51e Salon de l'Automobile, on espère une année record, le dépassement du million de visiteurs, les commandes de voitures en hausse, le nombre d'exposants n'ayant jamais été aussi élevé. Pourtant, les sujets de fâcheries ne manquent pas...

En ce milieu des années soixante, la France compte 8 millions d'automobilistes, et un million d'entre eux exercent une activité directement liée à cette industrie. Face à leurs préoccupations (prix de l'essence excessif, kilomètres d'autoroutes insuffisants...), les ministres de l'époque font de beaux discours. Et les constructeurs tentent d'apporter des réponses, malgré le prix du carburant qui est le plus haut d'Europe.

La NSU et son moteur rotatif licence Wankel

Sur les stands du Salon

Sur les stands de ce Salon, les nouveautés sont si nombreuses qu'on ne peut les nommer toutes. Parmi celles qui font le plus rêver aujourd'hui, on trouve en première présentation mondiale les Ferrari 275 GTB et GTS. Le S de la seconde fait référence à sa carrosserie en spider, alors que le B de la première est là pour rappeler qu'elle est revêtue d'une carrosserie berlinette. Le moteur qui équipe ces voitures est le V12 de 3,3 litres, placé à l'avant et équipé d'une boîte à 5 rapports solidaire du pont arrière. La puissance de la mécanique est de 280 ch. à 7.500 tr/mn. Quant à la carrosserie, elle est signée par le maître italien Pininfarina.

A l'étranger

Haut de gamme, la Mercedes 600 Pullman, limousine d'apparat
Dans le haut de gamme et le luxe, citons que la Jaguar Type E, sortie à Genève trois ans plus tôt, est dotée d'un nouveau moteur 4,2 litres - au lieu du 3,8 litres d'origine - et d'une nouvelle boîte de vitesses, qui ravira les nouveaux utilisateurs de Jaguar. Les constructeurs américains sont également présents à ce Salon, nous laissant découvrir la Chevrolet Corvair à moteur 6 cylindres à plat, dont la carrosserie à été redessinée par Pininfarina. Plymouth s'est également fait remarquer avec sa Barracuda à carrosserie faux cabriolet et à moteur V8 de 4,5 litres.

Autre vedette du Salon, la Mercer, une création sur un châssis et un moteur Cobra, dessinée par Virgil Exner

Populaires

Avec une fabrication globale de 1 million et demi de véhicules par an, la France se place de mieux en mieux parmi les autres pays européens. La Régie Renault tient le haut de l'affiche. Le modèle qui remporte le plus de succès est la Renault 8, dont 18.500 exemplaires sont vendus tous les mois. En deuxième position de ce hit-parade des ventes, on retrouve un autre modèle de la Régie : la 4 L. Elle est suivie de près par la 2 CV de Citroën, à égalité avec la Peugeot 404. Mais la véritable vedette de ce Salon, ce n'est ni une Ferrari, ni une Rolls-Royce, ni une voiture très chère, mais bien la Renault 8 Gordini, qui fait son apparition. On ne sait pas encore qu'elle deviendra un mythe, c'est sûr, mais sa carrosserie bleue à bandes blanches et son moteur 1.100 cm3 à chambres de combustion hémisphériques sont pleins d'infinies promesses.

Quelques prix d'époque

Citroën 2 CV AZL : 5.295 francs
Citroën 2 CV 4x4 : 10.230 francs
Citroën DS 19 berline : 17.180 francs
Facel III : 23.720 francs
Facel II : 58.000 francs
Panhard PL 17 Confort : 8.850 francs
Panhard 24 CT : 12.000 francs
Peugeot 403 Luxe : 7.950 francs
Peugeot 404 Super : 11.500 francs
Peugeot Coupé 404 : 18.250 francs
Renault 4 L : 5.750 francs
Renault 4 L Parisienne : 6.610 francs
Renault Dauphine Export : 6.350 francs
Renault R 8 Major : 7.490 francs
Simca 1000 GL : 6.750 francs
Simca Break 1500 : 11.700 francs

Très remarquée, l'Alfa Romeo Zagato TZ du Tour de France 1964 de l'équipage Rolland-Augias