CES HOMMES QUI ONT FAIT L'AUTOMOBILE     

Dernière mise à jour : 18/05/2010

    Jean Rédélé - 1922/....    

Fondateur de la marque Alpine

Jean Rédélé est né le 17 mai 1922 à Dieppe. Fils d'un important garagiste Renault de la ville, il va devenir pilote puis constructeur de voitures qui vont marquer le sport automobile français.
Le père de Jean, Emile, né à Tourcoing, travailla à Billancourt et devint le mécanicien de course d'un certain Ferenc Szisz, le grand vainqueur du Paris-Vienne en 1902. Les deux hommes participeront ensuite au Grand Prix de l'ACF à Dieppe et c'est peut-être la raison pour laquelle Emile s'est installé dans cette ville plus tard. Il y montera une compagnie de taxi, puis un garage Renault.
Baignant depuis tout petit dans le milieu automobile, c'est avec son diplôme HEC obtenu en 1946 que Jean Rédélé revient à Dieppe et commence à utiliser son sens commercial pour vendre les 4 CV du magasin de son père. Ce garage a beaucoup souffert des bombardement et Jean va s'activer à le remettre debout. Dans un premier temps, il va profiter du fait que les délais de livraison des voitures neuves est long pour s'intéresser au stocks de matériels roulants laissés par les Américains. Il va en commercialiser quelques-uns. Puis, conscient des capacités de la petite Renault, et poussé par sa passion de la mécanique, il va vite s'intéresser à la compétition. Justement, la Régie Renault vient de présenter sa nouvelle 4 CV. Petite voiture moderne à moteur 4 cylindres arrière installé sur une plate-forme légère, la "puce", comme on l'appellera, est une voiture modeste aux qualités honnêtes. Mais c'est sans compter sur Jean Rédélé qui va la transformer en Championne des Rallyes. Pour débuter, il s'engage au Grand Prix de Dieppe, puis au Rallye de Monte-Carlo. Il fait ensuite la connaissance de Louis Pons, concessionnaire Renault à Etampes, et ensemble, ils vont se construire un beau palmarès en remportant de nombreuses épreuves. Avec l'aide des compétences des mécanos des ateliers de son père, Jean prépare ses voitures avec soin. C'est donc avec des version "gonflée" des Renault 4 CV 1062, puis 1063, que les deux hommes s'engagent en 1952 aux Mille Miles en Italie. Ils remportent la catégorie avec panache, franchissant cette année là une ligne d'arrivée désertée par les organisateurs partis faire une sieste. En effet, ils sont arrivés avec 1 heures d'avance sur la Fiat qui les suit. Ils auront réaliser les 15 heures de courses à une moyenne de 99 km/h. Un exploit qui fera la renommée de la 4 CV et de la publicité pour Renault. Jean et Louis participent ensuite aux 24 Heures du Mans. En 1953, les deux compères remportent une nouvelle fois les Mille Miles ainsi que d'autres Rallyes, comme le Liège-Rome-Liège et une belle prestation dans le Tour de France automobile. Les nombreuses victoires de Jean, souvent face à des voitures supérieures en cylindrée et en puissance, lui ouvre les portes de l'écurie officielle de Renault. Mais ses ambitions vont encore plus loin et l'envie de toujours faire mieux le pousse à vouloir devenir le vainqueur absolu.

L'histoire d'Alpine commence...

Les temps forts...

Jean décide donc de construire un prototype sur la base de la plate-forme de la 4 CV et donne naissance à un petit coupé sportif doté de lignes aérodynamiques. Puis, c'est vers l'Italie qu'il se tourne en faisant appel au styliste Michelotti pour le dessin de trois prototypes. Le carrossier Allemano se chargera de la construction. De retour en France, il rencontre les Frères Chappe et commence la production de la première Alpine, l'A106. Cette voiture donnera naissance à la première berlinette, l'A 108. Très vite, l'A 110 viendra prendre la relève et donner ses heures de gloire à la petite marque française. A partir de 1962, le nom d'Alpine va se faire une place dans les rallyes en remportant un nombre impressionnant de victoires. Associé à Renault, la marque Alpine va se développer et donner naissance à des voitures de légende, comme l'A 110 1600S, l'A 310, l'Alpine V6, la GTA et l'A610. Championne du monde en Rallye, la marque se distinguera également sur les circuits d'endurance, comme au Mans en 1978. Cette année-là, Didier Pironi et Jean-Pierre Jaussaud remporte l'épreuve sur l'A 442 B. Ce fut aussi la dernière fois que l'on vit les Alpine au Mans. En effet, après une première prise de participation de Renault en 1969, Jean Rédélé céda son entreprise à la Régie en 1971. Développant la branche Renault Sport, la firme préféra orienter ses efforts sur la Formule 1.

alpine110 alpine110

La voiture qui marqua l'épopée Alpine fut sans nul doute l'A 100. Lorsque la marque développe en 1971 la 1600 S Groupe IV, qui développe 152 ch., Alpine jouit déjà d'une belle renommée. La 1600 S G4, commercialisée pour les pilotes privés, cette va marquer de son emprunte les compétitions. Faire la liste des succès de l'Alpine serait trop long mais on peut toutefois citer les deux victoires absolues au Rallye de Monte-Carlo. En 1971, trois berlinettes se classent aux trois premières places du rallye. Dans l'ordre d'arrivée, on trouve les équipage Anderson-Stone, Thérier-Callewaert et Andruet-Vial. En 1973, l'équipage Andruet-"biche" devance deux autres berlinettes, celles de Anderson-Stone et de Nicolas-Vial. Signalons que c'est en 1973 que la version 1800 Groupe IV fit son apparition avec 165 ch.  Cette année-là, l'A110 est sacrée championne du monde des rallyes.
En 1972, Jean Rédélé, ne se sentant plus seul maître à bord de son entreprise, quitte son poste. Avant de partir, il obtient la promesse de la Régie de conserver les emplois sur le site pendant 15 ans. En 2007, Jean Rédélé s'éteint à son domicile, à l'âge de 85 ans. Il est enterré au cimetière de Montmartre.